djawad.net

TURPE – vers une nouvelle tarification en 2021 avec le TURPE 6

Notez cet article

Qu’est-ce-que le TURPE ?

Le TURPE, tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité est payé par le consommateur final. Ce tarif, versé directement aux gestionnaires de réseau d’électricité (réseau de transport et de distribution), correspond aux coûts de l’acheminement de l’électricité chez les utilisateurs finaux raccordés au réseau de distribution d’électricité en basse et haute tension. Ce tarif a pour but de couvrir les coûts pour l’exploitation, l’entretien et le développement des réseaux de transport et de distribution de l’électricité.

Le TURPE est fixé par la CRE (Commission de Régulation de l’Energie) pour une durée de 4 ans avec une révision possible chaque année. Le TURPE 5 arrivant à échéance en 2021, un processus de consultations publiques auprès de l’ensemble des acteurs concernés a été mis en place pour établir les évolutions du TURPE 6.

Les raisons de l’évolution du prix du TURPE

Pour répondre aux objectifs de la loi Energie Climat en faveur de la transition énergétique qui prévoit une baisse de la part de la production nucléaire dans le mix électrique et une augmentation des énergies renouvelables, les réseaux de distribution et de transport ont besoin d’une infrastructure davantage développée.

Deux axes principaux sont évoqués pour l’évolution du tarif du TURPE 6 pour sa mise en place en Août 2021.

La décentralisation du système électrique

En France, ce sont RTE (gestionnaire de réseau de transport d’électricité) et Enedis ainsi que les GRD locaux (gestionnaires de réseau de distribution) qui gèrent les réseaux électriques.

L’intégration et le développement des énergies renouvelables au sein de ces réseaux impliquent de forts changements structurels. En effet, la production des énergies renouvelables n’est pas forcément localisée au même endroit que la demande et en l’absence de systèmes de stockage performants, le réseau doit pouvoir relier et raccorder la production aux lieux de consommation. Un fort besoin d’investissement sera notable dans les zones où il y a une faible densité de population.

L’intermittence des énergies renouvelables

Le développement des énergies renouvelables, dites intermittentes et donc par définition non disponibles en permanence, est un défi pour les gestionnaires de réseau. En effet, historiquement les réseaux électriques ont été conçus pour acheminer l’électricité produite centralement dans un même sens : de la production vers la consommation. Néanmoins, la production des énergies renouvelables a besoin d’un fonctionnement bidirectionnel des réseaux électriques.

Également, la situation du réseau pendant les périodes de pics de consommation, principalement en hiver, sera beaucoup moins prévisible avec les énergies renouvelables. En effet, avec une production des énergies renouvelables dépendante des conditions météorologiques et donc par nature beaucoup plus fluctuante et moins importante en hiver, le travail de maintien de l’équilibre réseau entre la production et la consommation devient plus complexe.

Enfin, le réseau est dimensionné pour qu’à tout moment, la production soit en permanence égale à la consommation. Avec le fort développement des énergies renouvelables, le réseau peut devoir absorber une capacité de production importante au moment où la consommation l’est moins. Par exemple, la production grâce aux panneaux photovoltaïques va être importante en plein milieu de la journée lorsqu’il y a du soleil alors qu’à cette période la demande n’est pas forcément la plus forte. Il faudra donc pouvoir moduler le réseau entre production et consommation.

A ces deux points, se joint une hausse des investissements de la part de RTE et d’Enedis liée à la transition énergétique, aux infrastructures qui acheminent l’électricité, et à des dépenses pour se moderniser, innover.

L’évolution du tarif du TURPE 5 au TURPE 6

Pour répondre à l’ensemble des besoins étudiés dans le point du dessus, Enedis et RTE demandent une augmentation du TURPE qui permettra d’absorber les coûts nécessaires cités au-dessus.

D’après les consultations, une hausse assez conséquente du TURPE est demandée. En effet, si les gestionnaires de réseau souhaitent accélérer le mouvement de la transition énergétique, ils ne pourront pas faire des économies massives sur les investissements. L’augmentation du tarif du TURPE sera au final porté par le consommateur. La CRE souhaite également adapter le tarif à la crise sanitaire actuelle.

Le TURPE 6 devrait garder la même ligne que le TURPE 5 mais mis à part la probable augmentation du tarif, il y a aujourd’hui encore peu de visibilité sur le TURPE 6.

D'autres articles

L’ISO 50001, un must pour les entreprises durables

Emmanuel

E-commerce : Les différentes techniques pour vendre plus

administrateur