djawad.net

les trois étapes qui ont conduit l’UE à mettre fin aux véhicules thermiques d’ici 2035

Rate this post


Huit ans, un scandale planétaire, deux électrochocs politiques et trois paliers successifs d’évolution ont été nécessaires pour réussir à faire basculer le secteur de l’automobile dans l’ère de l’après-pétrole. Le bannissement des moteurs thermiques d’ici 2035 pour les voitures neuves a été approuvé par les 27 États membres de l’Union européenne fin juin. Une belle démonstration que les révolutions nécessitent des paliers intermédiaires, le précédent rendant possible le suivant.

Une longue inertie

Les recherches internationales montrent que l’Europe a essayé d’enclencher la conversion du secteur automobile vers l’électrique depuis plus de 35 ans. Le seul effet des diverses politiques publiques européennes développées, notamment celles qui ont cherché à limiter la pollution des moteurs, c’est de réussir à améliorer le moteur thermique.

Résultat : en 2016, la voiture électrique ne représentait toujours que 1 % des ventes d’automobiles au niveau mondial.


Statista (2017), CC BY-SA

En 2021, huit ans après, 40 % des voitures immatriculées en Europe ne sont plus des voitures à essence.

Comment expliquer ce basculement qui peut paraître brutal au regard des 35 ans d’inertie qui précédaient ?

« Régime sociotechnique »

La recherche s’intéresse particulièrement à ce type de phénomènes qui fait référence à la dynamique des systèmes sociotechniques sous-jacents aux secteurs industriels. Après stabilisation, les secteurs se figent sur un mode de fonctionnement donné autour de technologies dominantes, de régulations spécifiques, d’infrastructures de production et de distribution particulières, de réseaux de fournisseurs et de chaînes logistiques habituels, tout cela correspondant aux attentes et valeurs de leurs consommateurs, etc. Certains auteurs parlent de « régime sociotechnique ».

Ces systèmes sociotechniques sont très difficiles à modifier de façon brutale. Ils évoluent lentement, de façon incrémentale, en intégrant les innovations les plus compatibles avec le système déjà en place et en éliminant « naturellement » les innovations qui remettent trop en question le système sociotechnique. On parle alors de « verrouillage sociotechnique ».

Dans l’automobile, les modèles industriels et économiques de la voiture électrique, dont la valeur repose sur des batteries, n’étaient alors pas assez compatibles avec ceux de la voiture thermique, dont la valeur repose sur le moteur.

[Près de 70 000 lecteurs font confiance à la newsletter de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd’hui.]

Notre recherches menées de 2015 à 2022 à paraître dans la Revue interdisciplinaire droit et organisations (RIDO) et Management et avenir ont permis d’analyser la trajectoire de transformation du secteur automobile et de comprendre comment l’Europe a réussi à sortir de cette situation de « verrouillage sociotechnique » et basculer enfin vers la fin des véhicules thermiques.

Cette recherche montre que plusieurs paliers successifs de transformation ont été nécessaires pour faire bouger les représentations des politiques, des professionnels du secteur et des consommateurs.

2015-2017 : l’onde de choc du « dieselgate »

Il y a une première période charnière, ou palier, en 2015-2017. Ce premier palier est marqué par les impacts sur l’opinion publique et sur les politiques de l’onde de choc du scandale du « dieselgate », qui a révélé le système de trucage de la mesure des émissions des moteurs diesel du constructeur Volkswagen. Ce scandale soulignait en creux les problèmes de qualité de l’air dans les villes et beaucoup de pays européens ont alors commencé à lancer des politiques pour abolir le diesel en centre-ville.

Comment Volkswagen a triché ? (Auto Plus Magazine, 2015).

À l’époque, la batterie de troisième génération et les technologies liées aux véhicules électriques sont alors les seules technologies matures au moment où il faut proposer une alternative à un consommateur choqué. En effet, entre 2010 et 2015, tous les constructeurs automobiles ont déjà travaillé sur des modèles de voitures électriques mais comme le marché n’avait pas décollé, les projets étaient restés dans les tiroirs. Il suffit donc de ressortir ces modèles pour gommer un peu l’effet négatif du « dieselgate ». Mais l’électrique reste perçu comme une solution très marginale.

2018-2019 : premier électrochoc dans l’UE

En 2018-2019, il y a une seconde période charnière, ou palier. De plus en plus de pays européens commencent à envisager d’aller plus loin pour lutter contre la pollution en centre-ville et la réduction des émissions de CO2. Certains pays commencent à légiférer pour fixer des dates marquant la fin des moteurs thermiques.

L’Europe veut pousser l’électrique mais reste inquiète de sa dépendance à l’Asie en matière de batteries. Les Vingt-Sept ne veulent pas refaire l’erreur des panneaux solaires en boostant une technologie qu’ils ne maîtrisent pas. C’est pourquoi Bruxelles commence à impulser des collaborations entre France et Allemagne pour créer une filière batterie en Europe.

De marginale, la voiture électrique commence à être perçue comme une niche qui permettra de faire face aux contraintes environnementales au côté des voitures hybrides et des voitures essence de plus en plus performantes au plan environnemental.

En 2019, les représentations à la fois des politiques et des professionnels du secteur évoluent. L’idée de faire de l’Europe un leader en matière de voiture électrique continue à s’installer chez les politiques, avec la prise de conscience que le territoire européen a des atouts pour cela (batteries de quatrième génération plus favorables pour l’environnement). Cette évolution des perceptions rend possible une nouvelle série de décisions politiques qui jouent le rôle d’un électrochoc. Les objectifs de réduction de CO2 fixés par le parlement européen sont ainsi revus à la hausse.

Chez les constructeurs, les réunions de crise se multiplient. Ces objectifs les obligent en effet à intégrer 60 % de voitures électriques dans leur portefeuille de produits d’ici 2030. Ils vont donc être obligés de s’adapter beaucoup plus brutalement que ce qu’ils anticipaient.




À lire aussi :
« Le pour et le contre » : Faut-il interdire les véhicules thermiques ?


Les stratégies des constructeurs commencent d’ailleurs à se différencier. D’un côté, la grande majorité des constructeurs veulent laisser le choix aux consommateurs en fonction des usages : essence, hydrides, hydrides rechargeables, électriques à batterie et hydrogène. L’hybride devient d’ailleurs la solution de référence. De l’autre, quelques constructeurs misent sur un tournant à 180 degrés vers le 100 % électrique avec des campagnes pour montrer que les batteries sont meilleures que les hybrides pour l’environnement. C’est notamment le cas de Volkswagen.

2020-2021 : le second électrochoc dans l’UE

Puis il y a une troisième période charnière en 2020-2021 où c’est l’ensemble du paradigme du secteur automobile qui bascule. L’évolution des mentalités, mais aussi des constructeurs automobiles qui commencent tous à investir dans des usines de batteries situées en Europe, rendent possible une nouvelle phase de durcissement des objectifs de réduction de CO2 dans certains pays. Hors Europe, le Royaume-Uni annonce la fin des véhicules thermiques à Londres en 2025 et à l’échelle du pays en 2030, rejoignant ainsi la Norvège mais aussi certains pays européens : la Suède, le Danemark, les Pays-Bas et la Slovénie.

Les discussions entre les parties prenantes sont vives à Bruxelles. Basculer vers la voiture électrique demande en effet aux constructeurs des changements si profonds et des investissements si importants que mener de front l’amélioration du moteur thermique dans le cadre des nouvelles normes européennes et le développement de la voiture électrique devient difficile.

Pour baisser les coûts, il devient préférable de miser uniquement sur l’électrique pour atteindre le plus rapidement possible une taille critique. C’est la seule solution pour s’assurer que le prix des véhicules électriques soit rapidement identique au prix actuel du thermique. Cette évolution des représentations des professionnels et des politiques est d’ailleurs partagée par les syndicats qui y voit une solution pour relocaliser la production.

Ces évolutions rendent possible un second électrochoc européen au cours de l’été 2021. En même temps que le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) montrant qu’il sera difficile d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris sur la réduction des gaz à effets de serre, la Commission européenne annonce en effet la fin de la commercialisation des voitures thermiques neuves pour 2035 (voitures et véhicules légers utilitaires), décision qui vient d’être approuvée.

C’est cinq ans avant la date fixée par la majorité des pays européens, dont la France. Surtout, c’est aussi la fin des motorisations hybrides et des biocarburants à base d’éthanol. L’objectif est d’atteindre une réduction de 55 % des émissions de CO₂ d’ici à 2030. C’est une date symbolique car, le cycle de vie d’une voiture étant d’environ 15 ans, la plupart des voitures thermiques devraient avoir disparu d’ici 2050.

Désormais, l’ère des solutions complémentaires ?

Cette proposition a été âprement débattue au sein du Parlement européen comme du Conseil. Elle a finalement été votée au Parlement puis au Conseil de l’Union européenne sous la présidence de la France en juin 2022.

L’Italie et l’Allemagne ont obtenu la possibilité d’étudier jusqu’en 2026 des technologies alternatives comme les carburants synthétiques qui permettrait de continuer à utiliser les véhicules thermiques ou de nouvelles formes de motorisations hybrides rechargeables zéro émission. L’amendement « Ferrari » introduit en outre une exemption des obligations pour cinq ans aux constructeurs produisant moins de 10 000 véhicules par an.

Dans un contexte de guerre en Ukraine où la souveraineté énergétique est questionnée, cette porte ouverte aux carburants de synthèse produits à partir d’hydrogène vert ou de biométhane produits localement en France apparaît pleine de symboles sur l’avenir de l’automobile en Europe.

Au bilan, la majorité des constructeurs annoncent aujourd’hui un passage vers 100 % de voiture neuve électrique entre 2025 et 2030, y compris tous les constructeurs américains. Ce qui montre en outre que l’Europe est en train d’entraîner aujourd’hui d’autres parties du monde comme les États-Unis.



Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons.

D'autres articles

Giscard, ou une certaine intuition internationale

Claude

Politique sanitaire commune : l’implosion de l’Union européenne ?

Claude

La croisade des ultra-conservateurs polonais contre « l’idéologie LGBT »

Claude

Pourquoi les fonds du plan de relance européen n’ont pas encore été débloqués

Claude

Corps à corps à l’Eurovision

Claude

le triomphe de justesse des ultra-conservateurs

Claude